Blog

Epoque paradoxale

dés

Nous voyons ici une réalité impossible. Nous savons que les dés ne peuvent pas être disposés ainsi. Pourtant, notre vision « prouve » le contraire.

Nous avons :

  • Plus de connaissance, mais moins de patience et de tolérance.
  • Des routes plus larges, mais des points de vue plus étroits.
  • Des maisons plus grandes, mais de plus petites familles.
  • Plus de commodités, mais moins de temps.
  • Plus de diplômes, mais moins de sens.
  • Plus d’éducation, mais moins de jugement.
  • Plus d’espoirs et plus de problèmes.
  • Plus de médicaments, mais moins de bien-être.
  • Plus de biens, mais perdu nos valeurs.
  • Conquis l’atome, mais pas nos préjugés.
  • Conquis le cosmos, mais pas notre chaos intérieur.

On:

  • Dépense plus, mais on a moins.
  • Achète plus, mais on apprécie moins.
  • Planifie plus, mais accomplit moins.
  • Boit trop, fume trop, dépense sans réfléchir et on ne rit plus assez.
  • Conduit trop vite, se fâche trop, se couche trop tard, on se lève trop fatigué.
  • Lit plus assez, regarde trop la tv, ne médite pas assez.
  • Parle trop, aime trop rarement, haït trop souvent.
  • A appris à gagner sa vie, mais pas à la vivre.
  • A acheté des années à la vie, mais pas de vie aux années.
  • Est allé sur la lune, mais il est difficile de traverser la rue pour rencontrer un nouveau voisin.
  • Fait des choses plus grandes, mais pas meilleures.
  • A plus d’hygiène, mais pollué même notre âme.
  • Ecrit plus, mais apprend moins.
  • A appris à se stresser, mais pas à patienter.

Nous:

  • Construisons des ordinateurs pour retenir plus d’information, produire plus de copies que jamais, mais communiquons de moins en moins.
  • Nous sommes au temps :
  • De la restauration rapide, mais de la digestion lente.
  • Des grands hommes, mais de petites personnalités.
  • Des profits records, mais des relations superficiels.
  • De plus de revenus, mais de plus de divorces.
  • De maisons plus extraordinaires, mais des foyers brisés.
  • Des pilules qui font n’importe quoi; de donner du pep à endormir voire  à tuer.

Souvenez-vous de dire je t’aime à votre partenaire,  à ceux que vous aimez, mais également à vous-même.  Surtout pensez-le!

Une bise, une accolade soulagerons un mal.

Souvenez-vous de vous tenir la main et de chérir ce moment présent lorsqu’un jour cette personne vous quittera.

Prenez le temps d’aimer, de parler, de partager vos pensées précieuses.

Et n’oubliez jamais que la vie ne se mesure jamais aux nombres de souffles que vous prenez mais par les moments qui nous coupent le souffle.

 

Print Friendly, PDF & Email
0


Ajoutez un commentaire